Asafumi
Le forum vient d'être rénové !

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [LIBRE] - Et si j'étais perdue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ELEVE

avatar
My name is
♦ Messages : 13
♦ Date d'inscription : 04/01/2015
♦ Age : 22


Votre sac o/
Actions Magiques:
15/15  (15/15)
Phrase du jour::
Vos possessions:: (objets achetés en boutique)

MessageSujet: [LIBRE] - Et si j'étais perdue ?    Lun 5 Jan - 21:52

Grand-mère. Vous vouliez que je sois quelqu'un de discret. Je crois que ça va être difficile.

*

J'étais adossée au mur, comme si mon corps ne pouvait plus soutenir mon propre poids, mes pieds glissaient sur le sol de temps en temps. Je regardait les rainures du carrelage de l'entrée, usées par le passage quotidien des résidents, pressés de rentrer. Depuis combien de temps cette académie existait-elle ? Une légère brise froide est venue caresser mes cheveux et mon visage. Je cherchais des yeux d'où elle provenait. La fenêtre en face de moi était restée ouverte. Mais c'était agréable. Différent de la chaleur qu'on avait en été, qui nous brûlait la peau. Différent du froid dur de la neige qui nous glaçait les doigts.
J'avais quand même retiré le léger pull de mon uniforme pour mettre mon sweat. Il était un peu grand. Les manches surtout. Mais je l'aimais bien. Il était doux, chaud et ça me rassurait. C'était le premier vêtement que je faisais moi même, sans l'aide de Grand-mère. J'en étais très fière. J'avais enfouis le pull et son odeur dans mon sac. J'avais peur de l'ouvrir. Comme si j'avais séquestré quelqu'un dedans et si je l'ouvrais il allait s'échapper. Mais c'était surtout pour essayer de ne pas penser à avant je crois.

Il commençait à faire nuit. On voyait le soleil disparaître derrière les arbres créant ces couleurs rosées sur les nuages. Le temps n'était pas si mauvais malgré la saison. Je me suis mise à fredonner l'air d'une chanson. Une de celle qu'on entend tout le temps à la radio. Cette chanteuse qui avait sorti un nouveau single. Toujours dans le top des ventes. Je l'aimais bien. Comment ça faisait déjà ?
"Killa Killa Killa, lucky lucky lucky, mirai wa odo, Happy Happy Happy." Ou quelque chose comme ça. Un truc qui restait dans la tête.

En arrivant, je m'étais faite incendiée à l'administration car je cite : "ON NE DORS PAS SUR LE SOL !"
Hum. C'est vrai, elle marque un point la. Mais comme si je choisissais.
La petite dame de l'accueil c'est approchée de moi avec un pas petit et rapide. Comme les gens pressés dans les gares, ceux qui courent après leurs trains en vain. Elle était habillée strictement, avec un chignon bien lissé. Comme une femme d'affaire. Enfin. Ça allait avec son caractère je pense. Elle m'a tendu une petite enveloppe.
"- Voilà la clé de votre dortoir ne la perdre sous AUCUN PRÉTEXTE."  Wow. C'est quoi son problème à elle ? Pas la peine de crier. Je ne suis pas sourde.
"- Merci." J'ai pris la petite clé argentée et j'ai commencé à monter les marches de l'entrée.
Alors. Elle a dit à droite.
Les couloirs étaient immenses de longs tubes qui s'étalait de façon à ce qu'on n'en voit plus la fin. Ils étaient très décorés. Comme dans les vieux châteaux. Avec des tableaux de personnes importantes semblait-il. Les portes quant-à elle semblaient faites de bois et étaient montées sur des battants peints en doré. Oui. Un vrai château.
Hum. Le deuxième escalier à gauche.
Troisième ou quatrième étage ? Disons quatrième c'est un chiffre rond.
J'ai continué à monter les marches mes chevilles s'épuisaient à force de hisser mon poids sur chacune d'entre elles. Je n'ai jamais été douée en tout ce qui est physique. Sauf en danse peut être. De toute façon, je n'ai jamais été douée pour quoi que ce soit à par les jeux vidéos.
Je posais mon pied sur la dernière marche du quatrième étage. Je me suis arrêtée un instant, j'ai fermé les yeux et j'ai inspiré un grand moment, jusqu'à n'en plus pouvoir. Jusqu'à ce que l'air brûle mes poumons. Et puis j'ai expiré lentement. Pour que mon cœur batte à nouveau régulièrement. J'ai lentement réouvert les yeux et je me suis avancée dans un autre couloir. Tous se ressemblaient. Je me suis approchée d'une porte pour lire sur un panneau qui y était accroché "Classe 403". Attendez. Il y a vraiment plus de 400 salles de classes ici ? Ou bien c'est juste un chiffre insignifiant ?
L'académie est plutôt grande en fait.
Ah...
Alors. Je suis définitivement perdue. Je me suis arrêtée un instant et j'ai fermé les yeux. Comme pour réfléchir.

*

Ah. Encore. J'entrouvre les yeux. Il y a quelqu'un qui me parle.
"- quesjks dednds tfofos ?
- Hein ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Princess of month

avatar
My name is
♦ Messages : 114
♦ Date d'inscription : 30/12/2014
♦ Localisation : cimetiere
♦ Humeur : morte d'ennuie
♦ Age : 21
♦ Fiche de présentation : http://asafumi-academy.frbb.net/t36-woden-mirana-qui-est-ce


Votre sac o/
Actions Magiques:
15/15  (15/15)
Phrase du jour::
Vos possessions:: amulette détectrice de fantôme.

MessageSujet: Re: [LIBRE] - Et si j'étais perdue ?    Mer 7 Jan - 23:43

« Mmm » je pousse un long gémissement de plaisir, levant les bras au dessus de ma tête, courbant le dos en arrière je m'étire et me lève.
Des gens passent, me dévisagent et poursuivent leurs routes les joues rouges. Je ne m'en préoccupe pas, je sais la cause de leurs réaction.
En réalité contrairement à ce que mon attitude aurait pu laisser penser je ne suis pas dans mon lit, et nous ne sommes pas le matin.
Je sors de la piscine et m’apprête à aller à la bibliothèque, mais auparavant je dois passer par ma chambre et finir ainsi ma journée.


Une journée normale selon moi commence par une matinée intensive d’entraînement physique, un en-cas, enchaîné directement par un passage à la bibliothèque où j'y passe d'ordinaire trois longues heures complètement perdus dans ces ouvrages puis je vais mettre en pratique mes acquis au jardin ou dans la Grande Salle. Bien que j'ai une nette préférence pour cette dernière.
Aujourd'hui j'avais choisi de reposer mes muscles endoloris. Étant davantage une intellectuelle qu'une sportive si mes entraînements portaient leurs fruits j'en subissais néanmoins les contrecoups, c'est pourquoi j'avais décidé de passer mes dernières heures de la journée à la piscine.
Il y avait du monde, comme d'habitude. La plupart était des  jeunes, on aurait dit des enfants faisant mu-muse dans le petit bassin. Je ne supportais pas leurs voix aigus et leurs chamailleries mais quand je décide que rien ne peut m'atteindre ça fonctionne.
J'étais encore tout habillé mais je m'étais couchée près de la piscine pour profiter des derniers rayons du soleil.
Je pouvais me reposer, et même faire un somme. Je me baignerais une fois tout le monde partit.
Le sommeil commençait doucement à m'emporter, Morphée m’accueillait de ses bras doux et tendres quand d'un coup je bus la tasse.
Paniquée et surtout réveillé par surprise je manqua de me noyer, heureusement pour moi j'ai un bon instinct de survit, je pu donc me sortir de là assez rapidement.
Qui m'avait foutu à la flotte??? J'étais rouge de colère mais pour une fois je ne causais aucun dégâts sur le coup.
Mais j'avais la gorge et les yeux en feux, certes c'était une piscine je souffrais donc moi que si j'avais été projeté à la mer mais avaler du chlore est quand même douloureux, surtout présent en aussi grande quantité. De plus qui pouvait savoir ce qu'il se passait dans cette eau.
Alors que je vidais mes poumons de ce liquide infect, des rires éclataient de partout. J'étais trempée et humilié par des gamins de 14 ans…
Je me redressais, ôtais mes vêtements un à un afin de les tordre , espérant les essorés du mieux que je pouvais restant ainsi en sous-vêtement. N'étant pas pudique je considère que sous-vêtement ou maillot de bain, les deux reviennent au même.
Ils étaient bouche bées devant mon culot et mon manque de savoir vivre. Je n'avais pas pu m'empêcher de sourire devant leurs réactions de gamin.
Le but recherché avait été touché, ils étaient tous restés là pour savoir ce que j'allais faire ensuite. Leurs curiosité allait leurs causer quelques douleurs.
J'en changea immédiatement leurs pieds en statue de cire afin de les immobiliser. J'en choisi un au hasard et lui fit comprendre de quoi j'étais capable, il manqua de perdre sa main et en bonne balance me dit le nom des morveux qui avaient cru pouvoir se jouer de moi.
Une fois tout le groupe responsable de ma baignade punit, ils s'enfuirent tous en courant. Je pouvais donc profiter de la piscine pour moi seule sans être forcée de quoi que ce soit.
Il faisait sombre quand je me décida à aller à la bibliothèque.
J’allai voir si mes vêtements étaient encore mouillés et par malheur c'était le cas. Je fis donc un petit somme en attend qu'ils soient sec.
La nuit tombait de plus en plus et mes vêtements n'avaient pas séchés. Je ne pouvais rien y changer.

C'est là que reprend notre histoire.
Je me balade dans les couloirs, enroulée dans une simple serviette mes vêtements trempés en main.
On  me regarde, rougit et ma vie continue. Je veux juste trouver des vêtements secs dans ma chambre avant d'aller travailler.
J'espère juste ne croiser aucun prof et encore moins le directeur en chemin.

Je me dirige activement vers les dortoirs situé bien loin de l'aile où je me trouve, à savoir l'aile est, quand je vois une boule bleu presque au milieu de mon chemin.
Je penche ma tête sur le côté ne comprenant pas ce qu'il se passe.
AVC, coma éthylique, mort ?
J'espère que ce n'est pas le dernier cas, je n'aime pas trimballer des cadavres.
Je m’accroupis tant bien que mal, tenant ma serviette serrée contre ma poitrine. Approchant mon oreille de son visage je l'entend respirer.
Elle dort

Cette boule m'a tout l'air d'être une élève. Une élève bleue. Du moins ce que j'en vois, deux couettes, un pull beaucoup trop grand et une étrange marque sur la joue. Tout est bleu.
Qu'est ce qu'elle fiche là ? Je regarde autour d'elle et vois une enveloppe. Je crois bien qu'elle est nouvelle. Elle se serait perdu ? Je soupire, faut vraiment pas être douée pour se gourer à ce point. Mais bon, c'est pas comme si les infos étaient très claires.
Je suis mal à l'aise dans cette position mais mon grand coeur ne me permet pas de l'abandonner.
On dirait un lapin avec ses grandes couettes.
Je ne peux pas la toucher sinon ma serviette tomberait… J'hésite entre la laisser là le temps de m'habiller ou aller chercher quelqu'un dans ma tenue.
J’essaie de la réveiller en lui parlant mais elle ne m'entend pas.
« Roger rabbit tu vas être en retard ! »
« debout feignasse »
« Putain tu vas te lever ? »
« lèves toi et tu auras une carotte »


Je ne sais pas si elle finit par m'entendre ou me comprendre, mais au moins elle me répond.
« hein ? »
Je soupire. Au moins elle n'est pas morte.
Elle a une tête rigolote en tout cas.
« Tu m'as l'air d'être paumée, tu veux de l'aide? »
Je me lève tant bien que mal dans mon accoutrement et lui tend une main accompagné d'un sourire que je veux faire paraître amical.
En vérité j'ai souvent pitié des nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[LIBRE] - Et si j'étais perdue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ville Libre de Mévry
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» quête de la femme perdue
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» Houston ? Nous avons un problème (pv libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asafumi :: L'Académie :: Sous-sols de l'Académie :: Ancienne Académie :: RPs-